Accueil > Activités > Activités militantes > Avec le centre social > Coût et prise en charge des IVG

Coût et prise en charge des IVG

mardi 4 mai 2010

Les différents coûts et la façon dont sera prise en charge une IVG en fonction de votre situation sociale

L’avortement médicamenteux coûte :
- à l’hôpital : 257 €
- en cabinet : 190 €

L’avortement par méthode chirurgicale coûte :

- avec anesthésie locale : 190 €
- avec anesthésie générale et hospitalisation inférieure à 12 heures : 240 €
- avec anesthésie générale et hospitalisation supérieure à 12 heures : 275 €

La Sécurité Sociale prend en charge 80 % des frais de l’intervention.

Certaines mutuelles peuvent rembourser le reste.

Il est possible de demander l’aide médicale gratuite.

Les mineures et les non-assurées sociales peuvent bénéficier d’une prise en charge financière totale par l’état.

Et pour les mineures qui n’ont pas l’accord des parents ?
Les frais de l’intervention seront intégralement pris en charge par l’état.

Si je ne suis pas en situation régulière sur le territoire français ?
Vous devez prendre contact avec l’Assistante Sociale du service hospitalier qui pratiquera l’IVG pour qu’une demande d’aide médicale d’Etat soit mise en place.

Si je ne suis pas inscrite à la Sécurité Sociale ou que mes droits ne sont pas ouverts ?
Prenez rendez-vous avec le centre de Sécurité Sociale le plus proche de votre domicile pour savoir si vous avez la possibilité de bénéficier de la CMU ( couverture médicale universelle ) et également de la CMU complémentaire.
Si tel n’est pas le cas (vos revenus étant trop élevés par exemple), vous serez dans l’obligation de payer l’intervention directement à l’hôpital.

Si je suis inscrite sur la Sécurité Sociale de mon conjoint ou de mes parents ?
Les hôpitaux ont mis en place un système de codification pour toutes les interruptions volontaires de grossesse.
Ce système déclenche une procédure de « secret » au niveau du décompte de la Sécurité Sociale.
Ni l’acte, ni le remboursement n’apparaîtront sur le décompte de la Sécurité Sociale.


VRAI ou FAUX

Si j’avorte , je risque de ne plus pouvoir avoir d’enfant.
FAUX :

les complications des avortements médicalisés tels qu’ils sont réalisés actuellement sont très rares

Un fœtus est un enfant, il doit vivre à tout prix.
FAUX :

Physiologiquement, il ne peut être viable sans sa mère.

En fonction de mon terme, je ne peux pas choisir la technique d’avortement.
VRAI et FAUX :

A chaque terme, il y a une méthode recommandée. Mais on ne peut pas imposer une méthode d’avortement.


Seul le gynécologue peut pratiquer une IVG dite « en ville ».
FAUX :

Les médecins formés à l’IVG médicamenteuse, même s’ils ne sont pas gynécologues, peuvent pratiquer l’IVG médicamenteuse en ville. Il faut qu’ils aient signé une convention avec un établissement de santé « référent » et qu’ils soient en réseau avec cet établissement.

Si je suis mineure, je dois avoir l’autorisation de mes parents pour avorter.
FAUX :

Depuis la loi du 4 juillet 2001, l’autorisation parentale n’est plus obligatoire. En revanche, une personne référente majeure doit accompagner la mineure dans ses démarches d’IVG.


L’avortement c’est gratuit.
FAUX :

C’est remboursé par la Sécurité Sociale et la mutuelle prend en charge le complément.

CLARA MAGAZINE 17 MARS 2010 N° 118


Voir en ligne : Source : MFPF

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.